Les effets du massage sur les femmes enceintes

Une étude récente démontre que le massage réduit l’anxiété, la dépression ainsi que les douleurs des jambes et du dos chez les femmes enceintes déprimées. Et les nouveaux nés semblent en bénéficier aussi.

“Massage therapy effects on depressed pregnant women” est le titre de l’étude consuite au Touch Research Institutes à l’université de Miami en Floride.

Ce sont 48 femmes enceintes souffrant de dépression lors de leur second trimestre qui ont participé à cette étude. On les a assignées au hasard à l’un des trois groupes suivants:
•Un groupe massé,
•Un groupe de relaxation, et
•Un groupe de suivi normal.
Un autre groupe de 28 autres femmes enceintes non déprimées a servi de groupe témoin.

Les femmes massées ont reçu deux massages de 20 minutes par semaine pendant 16 semaines. Ces massages étaient donnés par leurs conjoints qui avaient été formés par des massothérapeutes professionnels.

Les sujets du groupe de relaxation ont pratiqué une routine de relaxation musculaire de 20 minutes, chez eux, deux fois par semaine pendant 16 semaine.

Les effets immédiats ont été mesurés avant et après chaques sessions lors des premiers et des derniers jours de l’étude.

On a mesuré l’état d’anxiété, les états dépressifs, les douleurs des jambes et du dos en utilisant différentes échelles de mesure.
Des échantillons d’urine ont permis de mesurer les niveaux de cortisol; les catécholamines, incluant la norépinéphrine, l’épinéphrine et la dopamine; et la sérotonine.
L’activité foetale a été enregistrée à 18-24 semaines puis à 36 semaines.
Après la naissance, les complications natales et post-natales ainsi que l’état des nouveaux nés ont été analysés.

Les résultats de l’étude montre que le groupe des femmes massées avait augmenté significativement ses niveaux de sérotonine et de dopamine et diminué aussi significativement ses niveaux de cotisole et de norepinephrine à la fin de l’étude.

Dans les autres groupes de femme, aucune variation significative de ses niveaux n’a été observée.

Le groupe massé a vu leur dépression diminuée entre les premiers et les derniers jours de l’étude. De même pour l’anxiété et les douleurs des jambes et du dos. En revanche aucune amélioration n’a été constatée dans les autres groupes.

Par ailleurs, le nombre de naissances prématurées était moins important chez les femmes massées et leurs nouveaux-nés se portaient mieux.

Source: Touch Research Institutes at the University of Miami School of Medicine, in Florida. Authors: T. Field, Ph.D.; M.A. Diego; M. Hernandez-Reif, Ph.D.; S. Schanberg; and C. Kuhn. Originally published in the Journal of Psychosomatic Obstetrics and Gynecology, June 2004, Vol. 25, No. 2, pp. 115-122.

Laisser un commentaire